Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial

Pourquoi et comment les chemins de Compostelle en France ont-ils été inscrits au Patrimoine mondial ?

Ce livre apporte un nouveau regard sur l’histoire contemporaine. Il ouvre de nouvelles perspectives pour la mise en valeur de monuments qui ont été indument associés à ces chemins.

Auteurs Denise Péricard-Méa, Louis Mollaret, éd. La Louve, janv. 2010, ISBN 978-2-916488-34-9, commander.

Qui reconnaitra l’origine de ce cheval ?

Tournai, les trois partiesVWIl y a à Tournai une tapisserie qui pose une énigme. Elle est composée de fragments semblables à des parties de tapisseries plus grandes présentées dans les musées de Florence et Bruxelles.

Un élément est d’origine inconnue, la tête de cheval à gauche. Qui pourrait nous aider à l’identifier ?

Voir une image agrandie

Pour plus de détails sur cette question, voir l’article proposé par Janine Michel pour la revue SaintJacquesInfo sur  le site de la revue.

En Espagne en 1494

La Fondation vient de publier la traduction française intégrale du récit du voyage de Jérôme Münzer : De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Touriste mais aussi chargé d’une mission par Maximilien, l’empereur d’Allemagne, Jérôme Münzer rend visite aux Rois catholiques et au roi du Portugal et envisage avec eux de nouvelles croisades et des voyages de découvertes. Visiter avec lui Grenade et les villes du sud de l’Espagne deux ans après la prise de Grenade est un régal. Mais ce livre sera aussi un outil de travail utile et un document de référence.
Récit richement annoté et commenté par Denise Péricard-Méa, 420 pages format 15×21, plus d’un millier de notes, deux Index.
Lire la préface de Robert Plötz.

A commander ISBN : 978-2-7588-0259-4 Présentation détaillée

Valcabrère, nouvelle interprétation d’un chapiteau

Un chapiteau incompris

L’attention a été appelée récemment sur la basilique de Valcabrère (Haute-Garonne) où a été apposée une plaque rappelant son inscription au Patrimoine mondial  » au titre des chemins de Compostelle « .
Le rédacteur du dossier d’inscription, même très prudemment, cherche à justifier la demande par la description du chapiteau qui surmonte, au portail, la statue-colonne dite de sainte Hélène :
« Le chapiteau représente un voyageur ou un pèlerin, inspiré par un ange et qui invite une femme également en tenue de voyage, à monter sur un cheval. Tous deux sont munis de la panetière des pèlerins ».
Malgré la prudence, le mot pèlerin apparaissant deux fois n’a pas manqué de faire penser à Compostelle entrainant la  conclusion en forme de  » Y [les pèlerins] passaient par là « , justifiant l’inscription.
Plus prudent, le rédacteur du site Internet de la cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges présente « une femme s’apprêtant à monter le cheval que lui présente un serviteur barbu armé d’un bâton portant un tonnelet. Derrière eux apparaît un ange dans les feuillages. Il semble encourager les deux voyageurs. S’agit-il de pèlerins ? L’un et l’autre portent une panetière en sautoir ».

Denise Péricard-Méa propose l’interprétation suivante
Dans la mesure où les trois autres chapiteaux surmontant les trois saints, Etienne, Just et Pasteur, représentent leur martyre, ne peut-on voir tout simplement dans celui-ci le départ de sainte Hélène pour Valcabrère, avertie par un ange qu’elle devait y apporter la relique de la Vraie Croix dont fut dotée l’église ?

Toute personne qui pourrait contribuer à enrichir cette interprétation serait la bienvenue.

En savoir plus sur Valcabrère et voir une galerie d’images

Tous les Jacquets n’allaient pas à Compostelle

Un adhérent de la Fondation nous envoie le message suivant :

 » Je suis en train d’acheter une maison dans le Gers. Le lieu-dit s’appelle « Jacquet ». Naturellement et d’office, sans preuve particulière, on me présente le lieu comme ayant un lien avec le pèlerinage de Compostelle, alors qu’il s’agit peut-être du diminutif du prénom d’un ancien propriétaire.
En m’intéressant à la toponymie sur la commune où je réside ( – Mireval 34110 -) je me suis aperçu en effet qu’un grand nombre de lieux portent des noms qui sont en fait, quand on les compare au compois du XVIIè siècle ou au cadastre napoléonien, des noms de personnes propriétaires des terres en question. Mais on pourrait s’égarer si on n’y prenait garde. Par exemple, le tènement appellé « carbonnière » >>> propriété d’un nommé Carbonnière et non pas lié à une activité de charbonnage quelconque. Idem pour Bellus, Quinty, Bedos, Recouly etc… « 

La Fondation aux journées de l’histoire à Blois

LES CORPS DE SAINT JACQUES
ET LE CORPS DES PÈLERINS

Samedi 10 octobre, de 9h à 13h – Salle TD3, Antenne universitaire
Carte blanche à la Fondation David Parou Saint-Jacques,
colloque organisé sous la direction de Denise Péricard-Méa,
chercheur associé au LAMOP
Un corps à Compostelle éclaté en centaines de reliques
DENISE PÉRICARD-MÉA, chercheur associé au LAMOP
Iconographie médiévale des corps pèlerins
JANINE MICHEL, doctorante à l’EHESS
Le corps dans les récits de pèlerins
LOUIS MOLLARET, président de la Fondation
Un corps opportunément retrouvé au XIXème siècle
MICHELINE MOURADIAN, chercheur à la Fondation
Bien gérer son corps dans un pèlerinage au long cours
ANDRÉ WEILL, docteur ès-sciences, grand pèlerin, professeur
de yoga
Le corps au secours de l’âme
SARA TOMEI, doctorante à l’université de Florence

Dante, saint Jacques et Compostelle

A quelques reprises dans ses oeuvres Dante a évoqué saint Jacques et les pèlerins.

Dans Vita Nuova, Dante, après avoir croisé des pèlerins allant à Rome, sans oser leur parler de Béatrice, en donne une définition. Sortie de son contexte, une phrase du passage qu’il leur consacre  est souvent utilisée pour montrer la prééminence de Compostelle. Dante en effet a écrit : « Au sens étroit on n’entend par pèlerin que celui qui va vers la maison de saint Jacques ou en revient « . En dehors de toute analyse de la pensée de Dante sur ce sujet beaucoup y voient aujourd’hui une preuve de l’importance de Compostelle.

Dans son exil, il s’est identifié au pèlerin qui reste à jamais un étranger mais qui est porteur d’espoir. Espérance pèlerine que saint Jacques lui-même semble reconnaître quand il interroge le poète : « Et vif gré te saurai si tu me contes le bien que te promet ton espérance ».

Denise Péricard-Méa a relevé  les principaux passages de l’oeuvre de Dante dans lesquels le poète évoque saint Jacques ou les pèlerins. Que peuvent-ils apprendre sur le pèlerinage médiéval et Saint-Jacques de Galice ? En quoi la figure de saint Jacques le Majeur et l’Epître de Jacques, qui à son époque était encore attribuée au Majeur, ont-elles pu inspirer le poète ? A quelles autres influences les rattacher ?  Quelle place ont-ils tenue dans sa pensée et son inspiration ? Quel sens donner à ces mentions ?

Les questions sont ouvertes. Les spécialistes de Dante qui pourraient aider la Fondation à répondre à ces questions seraient les bienvenu(e)s.

Voir les extraits relevés dans l’oeuvre de Dante concernant saint Jacques et les pèlerins.

Les corps de saint Jacques, le corps des pèlerins

C’est le thème du colloque que la Fondation organise dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire à Blois, le samedi 10 octobre de 9h à 13h.

La Fondation invite au débat tous ceux qui s’intéressent au pèlerinage à Compostelle dans son histoire et ses légendes et dans sa contemporanéité, en particulier dans sa dimension thérapeutique. Quoi de meilleur qu’une longue route pour approcher de l’idéal Mens sana in corpore sano ?

Voir le programme et les intervenants

Une rencontre pluridisciplinaire autour du corps dans tous ses états selon le thème de ces Rendez-vous.

Des connaissances et des croyances figées depuis 1950

Grâce à ses relations avec l’Institut d’études galiciennes « Padre Sarmiento, » appartenant au Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, la Fondation a retrouvé récemment le catalogue de l’exposition organisée à Compostelle en 1950 par Paul Guinard, directeur de l’Institut français de Madrid avec l’Institut galicien.

Ce catalogue est très intéressant. Il montre que, dès cette date, les bases du discours sur Compostelle sont posées. Les affirmations contemporaines sont non seulement en germe mais en entier dans ce catalogue. Tous les travaux postérieurs n’ont été que redites et paraphrases, jusqu’à la thèse de Denise Péricard-Méa dirigée par Bernard Guenée puis Claude Gauvard, professeurs à Paris I.

La Fondation se propose de publier sur la revue SaintJacquesInfo, ce catalogue et les textes des conférences données à l’occasion de cette exposition.

Dans l’attente de cette publication, les photos du livret de l’exposition sont présentées sur ce nouveau site proposé par la Fondation.

Publication de deux récits de voyage du XVe

Deux récits médiévaux traduits et commentés

Deux récits nous sont parvenus du voyage que fit Léon de Rozmital, beau-frère du roi Georges de Bohême entre novembre 1465 et mars 1467.

La Fondation David Parou Saint-Jacques en propose une traduction complète, annotée et commentée. Ces textes authentiques comportent des descriptions détaillées et vivantes des pays traversés et des cours européennes qui ont reçu ce noble visiteur. La dimension politique de ce voyage n’efface pas l’intérêt historique et touristique de ces récits. Ils peuvent être simplement lus comme des récits de chevalerie très documentés. Ils peuvent aussi être objets d’étude et ouvrir à de nouvelles recherches. Pour se procurer cet ouvrage (412 p, plus de 900 notes, 22 p Index de personnes et de lieux, 2 cartes) :