Retrouver le panneau central d’un triptyque du XVe .

Un tableau, illustrant le miracle du Pendu-dépendu, fut exposé à Tours en 1890, puis sa trace fut perdue. Denise Péricard-Méa, installée à Tours en 2016, s’est mise à sa recherche.

Elle l’a retrouvé au musée Unterlinden à Colmar. Des contacts avec Joseph Theubet et Humbert Jacomet  lui ont aussi appris qu’il fut un élément du triptyque d’un retable du XVe siècle dont elle a retrouvé trois autres panneaux.  Pierre-Marc Allart  a reconstitué le triptyque dont il ne manque plus que le panneau central.

Triptyque fermé
Reconstitution du triptyque fermé
Triptyque ouvert
Reconstitution du triptyque ouvert

Le panneau central à retrouver représente l’arrestation du jeune pèlerin et sa pendaison, suggérées ci-dessus, sa dimension totale est 86×144 cm.

Voici l’histoire des panneaux du triptyque et sa reconstitution tels que nous les connaissons.

Qui nous mettra sur la piste
du (ou des derniers) panneaux ?

 

 

Négociation d’une relique à Compostelle en 1056

Liège, reliquaire du bras de saint Jacques, détailUne étude effectuée par Sébastien de Valeriola dans le cadre d’un master en histoire à l’Université catholique de Louvain, sous la direction de Baudouin Van den Abeele présente l’histoire de la négociation d’une relique de saint Jacques .
En 1056, un groupe de Liégeois accomplit un pèlerinage à Compostelle. Mené par Herman, comte de Grez, il inclut des moines de l’abbaye Saint-Jacques de Liège, dont Robert, qui plus tard sera élu abbé de cette communauté. Les ecclésiastiques ont une idée derrière la tête : ramener des reliques du saint à leur monastère. Les pèlerins se rendent donc au tombeau de l’apôtre, et présentent leur requête au roi de Galice, qui y répond favorablement. Quelques décennies plus tard, un auteur, sans doute un moine de Saint-Jacques, couche par écrit une relation du voyage. Le texte original ne nous est pas parvenu, mais le chroniqueur Gilles d’Orval l’intègre heureusement dans ses Gesta episcoporum Leodiensium, rédigés à la fin de la première moitié du XIIIe siècle. Ce récit constitue une source très précieuse, notamment parce que le voyage se déroule très tôt dans l’histoire du pèlerinage galicien, avant que la légende de Compostelle ne soit complètement établie.

L’étude a été publiée par la revue électronique SaintJacquesInfo, sous le titre  » Un pèlerinage à Compostelle au milieu du XIe siècle « . Elle est complétée par une Annexe donnant le texte latin et proposant deux traductions .

Elle a fait l’objet de l’article Des Liégeois à Compostelle au-XIe siècle sur le site de la Fondation David Parou Saint-Jacques.

Nouveau regard sur le Codex calixtinus

Lettrine du premier folio du manuscrit.
Lettrine du premier folio du manuscrit.

 

Auteur de la seule traduction en français du Codex calixtinus, Bernard Gicquel propose  une vision nouvelle du manuscrit de Compostelle. Il serait la dernière version d’une longue série de compilations dont les manuscrits de Ripoll et Alcobaça ne seraient pas des copies mais des antécédents.

Voir un article détaillé présentant cette thèse.

Le  » personnage énigmatique  » de l’enfeu n°4 de l’hôtel des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Toulouse

Nous vous l’avions annoncée, voici la proposition de Denise Péricard-Méa pour l’identification de ce personnage, présentée à la page :

http://www.saint-jacques-compostelle.info/Le-personnage-enigmatique-de-l-hotel-des-chevaliers-de-Saint-Jean-de-Jerusalem_a169.html

Elle peut être résumée ainsi :

saint Jacques, par sa simple présence,
dit aux anges de sauver le défunt,
pourtant guetté par le démon
qui avait pris son apparence.

 

Commémoration nationale, 2013 date plausible

Le choix de l’année 2013 pour commémorer l’anniversaire de la découverte du tombeau de saint Jacques à Compostelle a suscité des interrogations et provoqué des incompréhensions.

Il a été bien dit que cette date est symbolique puisque liée à la légende de Charlemagne. Certaines personnes ont déduit de ce lien avec Charlemagne que l’empereur avait  » découvert  » le tombeau. Il n’en a jamais été question.

Il a aussi été avancé que cette date était trop précoce compte tenu de certains indices historiques relatifs à la vie de l’évêque Theodomir. Outre le fait que l’existence de cet évêque, révélée tardivement, puisse être mise en cause, d’autres informations qui, elles, sont attestées font que cette date est plausible. Ceci ressort des travaux de Beatus de Liebana, monastère de San Martin de Toribio, dans la vallée de la Liebana et surtout d’une exploitation de la Chronique de Turpin et de l’histoire de Charlemagne.

Voir : http://www.saint-jacques-compostelle.info/Theodomir-ou-Charlemagne_a172.html

 

Inventaire du patrimoine jacquaire

La Fondation a ouvert sa base de données sur le patrimoine jacquaire à la consultation sur Internet. Ce patrimoine concerne le mobilier (statues, tableaux, reliquaires, …) et l’immobilier (églises, chapelles, oratoires, croix, …), les textes en particulier les statuts de confréries  ainsi que le patrimoine immatériel constitué par les personnes physiques et morales en relation avec Compostelle du Moyen Age à nos jours.

La page Internet suivante présente cet inventaire. Il peut être consulté ici.

Pour tout renseignement, merci de nous écrire.

Qui est le  » personnage énigmatique  » de l’enfeu n°4 de l’hôtel des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ?

L’Ordre militaire Saint-Jean de Jérusalem s’installa à Toulouse au début du XIIe siècle dans un prieuré qui, dès la fin de ce même siècle, fut doté d’une église, d’un cloître, d’un établissement hospitalier et d’un cimetière. Des sondages archéologiques effectués au tournant des années 2000 ont permis de retrouver quatre enfeus. L’enfeu n° 4 est orné de la représentation d’un personnage qualifié de  » personnage énigmatique  »  qui fait le pendant d’une représentation de saint Jacques le Majeur.

Denise Péricard-Méa, docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques*, a proposé une solution à cette énigme sur le site par un article qui  a été momentanément simplifié car la publication des  photographies prises lors de la visite de ce monument n’a pas encore été formellement autorisée. Les dispositions sont prises pour que ses conclusions soient publiées prochainement.

* voir la publication de sa thèse Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age aux PUF en 2010 et ses nombreuses publications ici.

LivresFERPEL_copieEcran_oct2013W

Compostelle 813-2013

Couverture du livre du 1200e anniversaire
Couverture du livre du 1200e anniversaire

Le succès de cet ouvrage, édité à l’occasion de la Commémoration nationale du 1200e anniversaire de la découverte du tombeau de saint Jacques à Compostelle,  confirme l’intérêt de proposer une nouvelle vision du pèlerinage à Compostelle et de poursuivre les recherches pour la mise en valeur du patrimoine hérité des cultes à saint Jacques.

Commémoration de Compostelle en 2013

Le 1200e anniversaire de la découverte du tombeau attribué à l’apôtre Jacques le Majeur en Galice a été retenu sur la liste des commémorations nationales de 2013 :

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2012/premiere-liste-d-anniversaires-pour-2013/

Denise Péricard-Méa, responsable scientifique de la Fondation a été associée à ce choix par le ministère de la culture et choisie pour rédiger la notice du recueil officiel des commémorations qui paraîtra dans les premiers jours de 2013.

Les faits et gestes de Béranger de Landore – 1322

Première édition en français
Le frère dominicain Béranger de Landore, ancien supérieur de l’Ordre fut nommé archevêque de Compostelle en 1317.
Il arriva en Galice seize mois après sa nomination, le 12 novembre 1318. Il fut reçu à Mellid par l’infant Felipe mais l’entrée dans Compostelle lui fut interdite car les habitants de la ville (soutenus par l’infant Felipe !) voulaient un autre archevêque. Sa vie est connue par les Hechos de Don Berenguel de Landoria arzobispo de Santiago, vraisemblablement rédigés vers 1322 par l’un des amis français ou par Aymerico de Anteiaco, trésorier de la cathédrale.
Ces Faits et gestes viennent d’être édités en français dans une traduction de Pablo Nogueira Santiago. Ils figurent dans l’ouvrage, Le Matamore, mythe, images et réalités, de Denise Péricard-Méa, auxéditions La Louveà Cahors.

Enluminure du premier folio du Tumbo B présentant les deux images de saint Jacques,
Enluminure du premier folio du Tumbo B présentant les deux images de saint Jacques, apôtre en gloire et pourfendeur des opposants à Béranger de Landore