Itinéraires réels, chemins mythiques

La carte de Daniel Dervaux
La carte de Daniel Dervaux

On dit couramment qu’il y a quatre chemins pour aller à Compostelle. Ces chemins mythiques reposent sur des hypothèses fausses. Ils ont été imaginés à la fin du XIXe siècle et balisés à partir des années 1970. Ils reposent sur une mauvaise interprétation du dernier Livre du Codex Calixtinus. Mais ils ont été popularisés par une carte établie dans les années 1970 et datée de 1648. Très esthétique, elle fut longtemps vendue avec la référence des Musées nationaux. Elle a été reproduite un grand nombre de fois, souvent avec des cautions scientifiques mal informées. Elle a même été utilisée par le Monde de la Bible, n° 159, 2004, pour illustrer un article d’André Vauchez dont le renom appuie une légende trompeuse : « Datée de 1648, cette carte a été reprise et complétée par D. Derveaux vers 1970 d’après un fond de carte d’inspiration ancienne ».

L’étude des récits des voyageurs médiévaux qui ont traversé la France en direction de Compostelle permet de retrouver des itinéraires qui méritent, eux, le qualificatif d’historiques.  La carte ci-dessous, établie par Denise Péricard-Méa à partir de plusieurs récits du XVe siècle montre les itinéraires réellement suivis. Elle n’apporte pas de justification au postulat des quatre chemins historiques. La toponymie des chemins ou rue de Saint-Jacques confirme ce résultat (voir par exemple les rues Saint-Jacques de Marseille).

Carte d'itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle
Itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle

Publié par

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

12 réflexions au sujet de « Itinéraires réels, chemins mythiques »

  1. Dommage que la deuxième illustration ne soit pas disponible en plus grande taille, pour que l’on se rende compte plus précisément des chemins en question !

  2. bonjours et excellente année 2009.
    pouvez vous me preciser la demarche à suivre pour se procurer cette carte ,merci

  3. C’est un fait que le guide du pelerin commence avec les mots “il y quatre chemins qui mènent a Compostelle”. Bien entendu le quatre est un numero symbolique. On peut penser aux quatre fleuves du paradis – les quatres chemins de Compostelle etant leur correspondant terrestre.

  4. Si possible j’aimerai aussi bien recevoir une copie de cette carte.

    J’ai trouvé ailleurs sur votre site cette phrase:

    “Il est souvent écrit que le pèlerinage a connu son apogée aux XIIe et XIIIe siècles ce qui est démenti par les recherches historiques”

    Malheureusement je n’ai pas pu trouvé ces “recherches historiques” qui expliqueront pourquoi cette apogée n’a pas eu lieu au XIIe siecle comme le proposent la grande partie des historiens.

    Vous n’expliquez pas le sens des quatre chemins du “Guide”. Pourquoi ce pont du milieu du onzième siècle a Puenta la Reina, si ce n’est pas pour les pèlerins d’outre Pyrenees? Pourquoi est Compostelle accordé siège d’archevêque au XIIe, si les reliques n’attirait une grande attention internationale? Pourquoi le developpement du style roman francais en Espagne? Il y beaucoup de questions à poser.
    C’est vrai que les documents historiques du XIe et XIIe ne sont pas en mesure de fournir de faits précis sur le nombre de pelerins qui venait à travers les Pyrenées mais ce n’est pas raison de vouloir chercher l’opposé. Il y eu bien nombre de raisons politiques pour avancer les contactes entre la France et l’Espagne, mais on peut supposer que leur succès dependait d’un intêret populaire au pelerinage suffisament important.

  5. Bonsoir, et pardon de vous répondre aussi tardivement.
    Je n’avais pas vu votre commentaire.
    Donc voici des éléments de réponse.
    Donnez-moi votre adresse je vous enverrai la carte. (ferpel@saint-jacques.info).
    Pour les recherches historiques, avez-vous lu la thèse de Denise Péricard-Méa ?
    Pour le sens des quatre chemins, vous trouverez des éclaircissements dans Les routes de Compostelle paru aux éditions Gisserot. Il coûte 5 Euros.
    Puente la Reina ? Pourquoi imaginer que seuls des pèlerins passaient par là ? Il devait bien y avoir aussi des marchands, des artisans, des gens d’armes et des membres du clergé qui n’allaient pas tous à Compostelle.
    Pourquoi un archevêque à Compostelle ? Pour sauver le trône du jeune Alphonse VII dont son oncle et parrain était pape.
    Il y a eu des influences de style dans les deux sens et toutes n’étaient pas liées à Compostelle.
    Les contacts politiques avaient des raisons politiques. C’est là qu’il faut chercher et pas dans les pèlerins.
    Encore pardon de mon retard.
    J’espère que nous pourrons poursuivre cet échange en direct.
    Louis Mollaret

  6. Bonjour ! St Jacques est présent depuis des siècles dans notre petite église d’Eure-et-Loir, et la tradition locale véhicule l’idée selon laquelle notre village était un lieu de passage pour les pèlerins. Je serais donc curieux d’avoir des précisions quant aux itinéraires indiqués sur cette fameuse carte des itinéraires du XVe ?

  7. Les recherches historiques que je mène pour la région Limousin confirment le fait qu’une éventuelle voie dite “Limovencis” ne correspond en rien aux passages affirmés de pèlerins entre les XIIème et XVIIème siècle. L’axe nord/sud est privilégié, correspondant plus tard à l’itinéraire de Bruges, avec un passage dès le XIIème au sanctuaire marial de Rocamadour. La route de Limoges/Brives est donc la plus usitée, passant par Uzerche, Tulle et Martel. Elle correspond bien sûr à une route empruntée aussi bien par les pèlerins que par les marchands. Aucun témoignage ne vient supporter l’hypothèse d’un passage vers Périgueux, même si l’on ne peut exclure cette voie. Le pèlerin arrivant au sanctuaire de la grande abbaye de Saint-Martial pouvait venir aussi bien de Poitiers, de Bourges, Châteauroux, ou bien plus à l’est par l’ancienne voie romaine venant de Lyon. D’autres routes venaient se greffer sur cet axe nord/sud, se raccordant par exemple à Brives ou Tulle.
    En conclusion pas de fameuse voie de Vézelay confirmée par les recherches historiques sur les témoignages et les archives des hôpitaux.

    Cordialement,
    Alain PETIT

    1. Comme je l’ai écrit personnellement à l’auteur du commentaire, cette carte n’a aucune valeur en tant que carte ancienne.
      Datée de 1648, elle a été réalisée dans les années 1970.
      L.M.

  8. Toujours dans mes recherches j’ai trouvé la trace d’une appellation d’une route “Limovicina” au moyen âge, mais aucune lien avec un éventuel tracé Bourges-Périgueux, mais l’itinéraire Limoges et Bas-Limousin, route des vignobles pour les abbayes limousines,
    Dans l’attente d’autres renseignements,
    Cordialement,
    Alain PETIT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.