Le roman de Diego Gelmirez

Beaucoup de publicité a été faite pour l’exposition présentée par la Galice au palais de Chaillot de mars à mai 2010. Comme il est devenu courant, cette exposition était accompagnée d’un catalogue précédé d’articles faisant le point de la question. Il s’agit habituellement d’articles de bonne tenue scientifique. Ce n’est pas le cas ici. L’analyse de cette revue est consternante. Sa lecture attentive montre, qu’à quelques exceptions près, les auteurs ont répondu honnêtement à une commande, tout en essayant, au détour de quelques phrases, de faire comprendre qu’ils n’ont pas tous renié leurs compétences scientifiques et qu’il faut, au-delà des discours convenus, relativiser la portée de ce qu’ils écrivent. Car c’est bien un panégyrique que dresse cet ouvrage. L’argumentation du catalogue, repose sur les affirmations habituelles jamais vérifiées par les historiens. On y lit même cette énormité : « le pèlerinage jacobéen dans des églises dont c’était la raison d’être [Saint-Martial, Conques, Saint-Sernin]… » (p. 54). Et on lit plus loin que « d’importants centres de culte français… étaient subordonnés à la tombe espagnole de saint Jacques » (p. 131).
La Fondation David Parou Saint-Jacques a consacré plusieurs articles de son site à l’analyse de cette publication

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Dante, saint Jacques et Compostelle

A quelques reprises dans ses oeuvres Dante a évoqué saint Jacques et les pèlerins.

Dans Vita Nuova, Dante, après avoir croisé des pèlerins allant à Rome, sans oser leur parler de Béatrice, en donne une définition. Sortie de son contexte, une phrase du passage qu’il leur consacre  est souvent utilisée pour montrer la prééminence de Compostelle. Dante en effet a écrit : « Au sens étroit on n’entend par pèlerin que celui qui va vers la maison de saint Jacques ou en revient « . En dehors de toute analyse de la pensée de Dante sur ce sujet beaucoup y voient aujourd’hui une preuve de l’importance de Compostelle.

Dans son exil, il s’est identifié au pèlerin qui reste à jamais un étranger mais qui est porteur d’espoir. Espérance pèlerine que saint Jacques lui-même semble reconnaître quand il interroge le poète : « Et vif gré te saurai si tu me contes le bien que te promet ton espérance ».

Denise Péricard-Méa a relevé  les principaux passages de l’oeuvre de Dante dans lesquels le poète évoque saint Jacques ou les pèlerins. Que peuvent-ils apprendre sur le pèlerinage médiéval et Saint-Jacques de Galice ? En quoi la figure de saint Jacques le Majeur et l’Epître de Jacques, qui à son époque était encore attribuée au Majeur, ont-elles pu inspirer le poète ? A quelles autres influences les rattacher ?  Quelle place ont-ils tenue dans sa pensée et son inspiration ? Quel sens donner à ces mentions ?

Les questions sont ouvertes. Les spécialistes de Dante qui pourraient aider la Fondation à répondre à ces questions seraient les bienvenu(e)s.

Voir les extraits relevés dans l’oeuvre de Dante concernant saint Jacques et les pèlerins.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website