Commémoration nationale, 2013 date plausible

Le choix de l’année 2013 pour commémorer l’anniversaire de la découverte du tombeau de saint Jacques à Compostelle a suscité des interrogations et provoqué des incompréhensions.

Il a été bien dit que cette date est symbolique puisque liée à la légende de Charlemagne. Certaines personnes ont déduit de ce lien avec Charlemagne que l’empereur avait  » découvert  » le tombeau. Il n’en a jamais été question.

Il a aussi été avancé que cette date était trop précoce compte tenu de certains indices historiques relatifs à la vie de l’évêque Theodomir. Outre le fait que l’existence de cet évêque, révélée tardivement, puisse être mise en cause, d’autres informations qui, elles, sont attestées font que cette date est plausible. Ceci ressort des travaux de Beatus de Liebana, monastère de San Martin de Toribio, dans la vallée de la Liebana et surtout d’une exploitation de la Chronique de Turpin et de l’histoire de Charlemagne.

Voir : http://www.saint-jacques-compostelle.info/Theodomir-ou-Charlemagne_a172.html

 

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

La chanson de Roland à Compostelle

Une trouvaille de Bernard Gicquel

Un passage jusqu’à présent mal compris du Livre III du Codex Calixtinus vient compléter la somptueuse description qu’il donne de la fête de la Saint-Jacques à Compostelle, en indiquant que les pèlerins y participent en faisant entendre les chants épiques de saint Jacques qu’ils ont coutume d’apporter dans leurs bagages.

Voilà qui fait référence à l’usage ancien des danses et des chants dans les églises dont les attestations ne sont pas très fréquentes, car le clergé ne les appréciait pas toujours positivement. En outre, une correspondance exacte a été suggérée d’une part entre l’architecture de l’abbaye de Conques, dont la cathédrale de Compostelle adopte le modèle en triplant sa longueur, d’autre part entre la Chanson de sainte Foy en langue occitane destinée à être chantée et dansée dans l’abbatiale rouergate et la Chanson de Roland qui adopte dans sa version anglo-normande une forme inspirée de la Chanson de sainte Foy, mais en triplant les valeurs de celles-ci. Il paraît donc logique de considérer que la Chanson de Roland a pu être composée pour être chantée par les pèlerins dans la cathédrale de Compostelle.

Les quelques lignes du Livre de saint Jacques qui évoquent les pèlerins exécutant des « chants épiques en l’honneur des preux de saint Jacques », que sont les héros de la Reconquête, viennent conforter cette hypothèse en donnant de plus à penser que ces chants épiques ont pu être appris par les pèlerins au cours du voyage par mer qui leur permettait de rejoindre le sanctuaire galicien.

La relation de la Chanson de Roland avec la Chanson de sainte Foy vient conforter l’attribution de la célèbre épopée nationale à l’ex-évêque de Bayeux, Thérould d’Envermeu, devenu moine à l’abbaye du Bec. Celle-ci reçut parmi ses visiteurs Pierre de Poitiers, qui est selon toute probabilité le rédacteur de l’Histoire de Charlemagne et de Roland attribuée au Pseudo-Turpin comme du passage relatif à l’exécution chantée du Roland dans la cathédrale de Compostelle.

Voir l’article complet sur la revue SaintJacquesInfo.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Itinéraires réels, chemins mythiques

La carte de Daniel Dervaux
La carte de Daniel Dervaux

On dit couramment qu’il y a quatre chemins pour aller à Compostelle. Ces chemins mythiques reposent sur des hypothèses fausses. Ils ont été imaginés à la fin du XIXe siècle et balisés à partir des années 1970. Ils reposent sur une mauvaise interprétation du dernier Livre du Codex Calixtinus. Mais ils ont été popularisés par une carte établie dans les années 1970 et datée de 1648. Très esthétique, elle fut longtemps vendue avec la référence des Musées nationaux. Elle a été reproduite un grand nombre de fois, souvent avec des cautions scientifiques mal informées. Elle a même été utilisée par le Monde de la Bible, n° 159, 2004, pour illustrer un article d’André Vauchez dont le renom appuie une légende trompeuse : « Datée de 1648, cette carte a été reprise et complétée par D. Derveaux vers 1970 d’après un fond de carte d’inspiration ancienne ».

L’étude des récits des voyageurs médiévaux qui ont traversé la France en direction de Compostelle permet de retrouver des itinéraires qui méritent, eux, le qualificatif d’historiques.  La carte ci-dessous, établie par Denise Péricard-Méa à partir de plusieurs récits du XVe siècle montre les itinéraires réellement suivis. Elle n’apporte pas de justification au postulat des quatre chemins historiques. La toponymie des chemins ou rue de Saint-Jacques confirme ce résultat (voir par exemple les rues Saint-Jacques de Marseille).

Carte d'itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle
Itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website