Une nouvelle lecture d’un vitrail de Châlons-en-Champagne

Un vitrail de l’église Notre-Dame-en-Vaux de Châlons-en-Champagne montre un magnifique saint Jacques Matamore. Jusqu’à présent tous les observateurs y ont vu une représentation de la bataille de Clavijo. Janine Michel, docteur en histoire de l’art, membre de la Fondation, présente ici une nouvelle lecture indiscutable de ce vitrail rendue possible par son sens de l’observation des détails et sa bonne connaissance des textes relatifs au personnage du Matamore.
Voir un article détaillé sur ce sujet

Vitrail de saint Jacques, Notre-Dame d'En Vaux
Saint Jacques Matamore au combat. Mais dans quelle bataille ?

Un personnage à identifier

L’église Santiago el Real à Logrono possède un retable du XVIIe siècle dont 17 panneaux représentent des épisodes de la vie de saint Jacques ou sa parenté.
Y figurent ainsi sainte Anne et trois personnages considérés comme étant les trois Marie, Marie Salomé, Marie Cléophas et Marie Madeleine dont voici l’image.
La présence d’un calice dans la main gauche du personnage et d’une aiguière dans sa main droite qui n’est pas un flacon de parfum laisse penser qu’il pourrait s’agir de saint Jean, frère de Jacques et non de Marie-Madeleine.
Un visiteur aurait-il une autre hypothèse ?

Une bouteille à la mer …

Qui nous aidera à retrouver ce tableau ?

Une historienne de l’art de l’université de Louvain nous a adressé cette image trouvée sur Internet par la conservatrice d’un musée d’Utrecht, sans mention de localisation ni référence. Il semble s’agir d’un ex-voto, suite à une mutinerie sur un navire transportant une noble dame, heureusement terminée grâce à une intervention de saint Jacques..

Un miracle de saint Jacques
Une dame sauvée d'une mutinerie.

Le cartouche permet de comprendre le tableau

Cartouche du tableau indiquant la date de 1618

Bernard Gicquel a transcrit et traduit ce cartouche. Voici son interprétation  :

La transcription ci-dessous n’est que modérément satisfaisante. Je ne trouve pas dans les polices la lettre qui correspond exactement au «sz» allemand et que je rends ici par un S. D’autre part, il y a vraisemblablement un trait au dessus du «m» de «himelS» pour marquer le redoublement.

Maria da sie An[no] 1618, an dem Fest des heiligen Jacobi sich auf dem meer befunden hat durch anruffung dieseS heyligen ApostelS alS ihren sonderbahren Patron ein gefährlichen aufruhr so in dem Schiff entstanden, mit aller verwunderung gestanden wornach sie bethendt, daS sie niemahlen einige gnad durch die fürbit dieses grossen himelS Fürsten vor Gott begehrt die sie nit erhalten.

Comme Maria se trouvait en mer en l’année 1618 lors de la fête de saint Jacques, par l’invocation de ce saint apôtre comme son protecteur particulier, une dangereuse mutinerie qui avait eu lieu dans le bateau s’apaisa à la stupéfaction générale après qu’elle eut prié, [rappelant]  qu’elle n’avait jamais demandé quelque grâce de Dieu par l’intercession de ce grand prince du ciel qu’elle ne l’eût obtenue.

Qui a rencontré le Matamore ?

Le Matamore dans la cathédrale de Compostelle
Les Maures y sont en permanence cachés par des fleurs

L’apôtre Jacques le Majeur, vénéré à Compostelle est souvent représenté en chevalier pourfendant des Maures de son épée. La représentation la plus célèbre se trouve dans le transept nord de la cathédrale de Compostelle. Cette représentation et le rôle légendaire qu’il aurait joué dans plusieurs batailles lui ont valu le surnom de Matamore (de mata mauros, tueur de Maures).
La Fondation recherche des personnes dont les recherches (historiques, littéraires ou philologiques) auraient rencontré cette dénomination afin de déterminer son origine la plus ancienne.
Elle remercie d’avance les contributeurs.

Recherchons latiniste …

… pour rendre accessibles aux lecteurs de notre temps des textes médiévaux peu connus.

La Fondation recherche un(e) latiniste pour traduire des documents d’un rédacteur poitevin méconnu du XIIe siècle, auteur des recueils relatifs à saint Jacques et au pèlerinage de Compostelle (cf. B. Gicquel, La Légende de Compostelle / Le Livre de saint Jacques, Tallandier, 2003).
Ce travail se poursuivrait normalement par l’étude littéraire d’autres textes de cet auteur selon leurs sources connues et contribuerait ainsi à dégager une personnalité religieuse et littéraire attachante, qui mérite certainement d’être tirée de l’oubli.
Les résultats seraient publiés sur l’un des sites Internet de la Fondation et par sa revue électronique. Ils pourraient, si l’intéressé(e) le souhaite, donner lieu à la rédaction d’un mémoire universitaire auquel l’association apporterait son soutien.
Renseignements auprès de Gernard Gicquel.

Sermons de Carême de Jean Geiler de Kaysersberg

La Fondation David Parou Saint-Jacques a le plaisir de vous annoncer la parution aux éditions Arfuyen de la traduction du Peregrinus de 1513, recueil des sermons de Jean Geiler de Kaysersberg prononcés à Strasbourg à l’occasion du Jubilé romain de 1500

Le roman de Diego Gelmirez

Beaucoup de publicité a été faite pour l’exposition présentée par la Galice au palais de Chaillot de mars à mai 2010. Comme il est devenu courant, cette exposition était accompagnée d’un catalogue précédé d’articles faisant le point de la question. Il s’agit habituellement d’articles de bonne tenue scientifique. Ce n’est pas le cas ici. L’analyse de cette revue est consternante. Sa lecture attentive montre, qu’à quelques exceptions près, les auteurs ont répondu honnêtement à une commande, tout en essayant, au détour de quelques phrases, de faire comprendre qu’ils n’ont pas tous renié leurs compétences scientifiques et qu’il faut, au-delà des discours convenus, relativiser la portée de ce qu’ils écrivent. Car c’est bien un panégyrique que dresse cet ouvrage. L’argumentation du catalogue, repose sur les affirmations habituelles jamais vérifiées par les historiens. On y lit même cette énormité : « le pèlerinage jacobéen dans des églises dont c’était la raison d’être [Saint-Martial, Conques, Saint-Sernin]… » (p. 54). Et on lit plus loin que « d’importants centres de culte français… étaient subordonnés à la tombe espagnole de saint Jacques » (p. 131).
La Fondation David Parou Saint-Jacques a consacré plusieurs articles de son site à l’analyse de cette publication

Oeuvres de l’école cathédrale de Compostelle ?

Le gouvernement de Galice propose jusqu’au 16 mai 2010 une exposition au Palais de Chaillot sous le titre Compostelle et l’Europe. A cette occasion il a publié un volumineux catalogue à la gloire de l’évêque Diego Gelmirez (1070?-1140). Ce volume appelle l’attention sur l’école cathédrale de Compostelle.
Merci aux visiteurs qui connaîtraient des ouvrages importants issus des travaux de cette Ecole, autres que des traductions, de nous les signaler.
Commentaires sur l’exposition et le catalogue

Appel à l’aide : déchiffrer un cartouche

Dans le billet du 6 janvier 2010, nous appelions l’attention sur une tapisserie de Tournai composée de trois fragments dont un d’origine inconnue.

L’un des fragments provient d’une tapisserie dont le cartouche n’a pas encore pu être déchiffré. Merci à ceux qui pourraient apporter une aide à l’étudiante qui travaille sur ce sujet.

Pour voir ce cartouche en grand format, merci de cliquer sur la miniature ci-dessous.Tapisserie_Charlemagne_cartouche

Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial

Pourquoi et comment les chemins de Compostelle en France ont-ils été inscrits au Patrimoine mondial ?

Ce livre apporte un nouveau regard sur l’histoire contemporaine. Il ouvre de nouvelles perspectives pour la mise en valeur de monuments qui ont été indument associés à ces chemins.

Auteurs Denise Péricard-Méa, Louis Mollaret, éd. La Louve, janv. 2010, ISBN 978-2-916488-34-9, commander.