Le roman de Diego Gelmirez

Beaucoup de publicité a été faite pour l’exposition présentée par la Galice au palais de Chaillot de mars à mai 2010. Comme il est devenu courant, cette exposition était accompagnée d’un catalogue précédé d’articles faisant le point de la question. Il s’agit habituellement d’articles de bonne tenue scientifique. Ce n’est pas le cas ici. L’analyse de cette revue est consternante. Sa lecture attentive montre, qu’à quelques exceptions près, les auteurs ont répondu honnêtement à une commande, tout en essayant, au détour de quelques phrases, de faire comprendre qu’ils n’ont pas tous renié leurs compétences scientifiques et qu’il faut, au-delà des discours convenus, relativiser la portée de ce qu’ils écrivent. Car c’est bien un panégyrique que dresse cet ouvrage. L’argumentation du catalogue, repose sur les affirmations habituelles jamais vérifiées par les historiens. On y lit même cette énormité : « le pèlerinage jacobéen dans des églises dont c’était la raison d’être [Saint-Martial, Conques, Saint-Sernin]… » (p. 54). Et on lit plus loin que « d’importants centres de culte français… étaient subordonnés à la tombe espagnole de saint Jacques » (p. 131).
La Fondation David Parou Saint-Jacques a consacré plusieurs articles de son site à l’analyse de cette publication

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website