Valcabrère, nouvelle interprétation d’un chapiteau

Un chapiteau incompris

L’attention a été appelée récemment sur la basilique de Valcabrère (Haute-Garonne) où a été apposée une plaque rappelant son inscription au Patrimoine mondial  » au titre des chemins de Compostelle « .
Le rédacteur du dossier d’inscription, même très prudemment, cherche à justifier la demande par la description du chapiteau qui surmonte, au portail, la statue-colonne dite de sainte Hélène :
« Le chapiteau représente un voyageur ou un pèlerin, inspiré par un ange et qui invite une femme également en tenue de voyage, à monter sur un cheval. Tous deux sont munis de la panetière des pèlerins ».
Malgré la prudence, le mot pèlerin apparaissant deux fois n’a pas manqué de faire penser à Compostelle entrainant la  conclusion en forme de  » Y [les pèlerins] passaient par là « , justifiant l’inscription.
Plus prudent, le rédacteur du site Internet de la cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges présente « une femme s’apprêtant à monter le cheval que lui présente un serviteur barbu armé d’un bâton portant un tonnelet. Derrière eux apparaît un ange dans les feuillages. Il semble encourager les deux voyageurs. S’agit-il de pèlerins ? L’un et l’autre portent une panetière en sautoir ».

Denise Péricard-Méa propose l’interprétation suivante
Dans la mesure où les trois autres chapiteaux surmontant les trois saints, Etienne, Just et Pasteur, représentent leur martyre, ne peut-on voir tout simplement dans celui-ci le départ de sainte Hélène pour Valcabrère, avertie par un ange qu’elle devait y apporter la relique de la Vraie Croix dont fut dotée l’église ?

Toute personne qui pourrait contribuer à enrichir cette interprétation serait la bienvenue.

En savoir plus sur Valcabrère et voir une galerie d’images

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Tous les Jacquets n’allaient pas à Compostelle

Un adhérent de la Fondation nous envoie le message suivant :

 » Je suis en train d’acheter une maison dans le Gers. Le lieu-dit s’appelle « Jacquet ». Naturellement et d’office, sans preuve particulière, on me présente le lieu comme ayant un lien avec le pèlerinage de Compostelle, alors qu’il s’agit peut-être du diminutif du prénom d’un ancien propriétaire.
En m’intéressant à la toponymie sur la commune où je réside ( – Mireval 34110 -) je me suis aperçu en effet qu’un grand nombre de lieux portent des noms qui sont en fait, quand on les compare au compois du XVIIè siècle ou au cadastre napoléonien, des noms de personnes propriétaires des terres en question. Mais on pourrait s’égarer si on n’y prenait garde. Par exemple, le tènement appellé « carbonnière » >>> propriété d’un nommé Carbonnière et non pas lié à une activité de charbonnage quelconque. Idem pour Bellus, Quinty, Bedos, Recouly etc… « 

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website