Compostelle inconnu au Puy en 1951 ?

Les archives de Geocarrefour conservent un article intéressant sur la ville du Puy-en-Velay et son développement à partir des pèlerinages à la vierge Noire. Curieusement il ne fait aucune mention d’éventuels pèlerins de Compostelle. Cet article est disponible sur le portail Persée.

« La ville du Puy-en-Velay et les pèlerinages » de Pierre-Roger Gaussin, Géocarrefour, année 1951, volume 26.

Tout apport historique qui pourrait compléter cet article nous intéresse.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Mieux vaut négocier deux ans que guerroyer deux semaines

Un proverbe du royaume de Bohême

Le titre et les citations de cette page sont empruntés à l’introduction écrite par Martin Nejedly, Maitre de conférences habilité en histoire médiévale à l’université Charles de Prague, pour la publication des récits de l’ambassade de 1464 envoyée par le roi Georges de Podebrady à Louis XI et du voyage du baron Léon de Rozmital (publié le 26 novembre 2008 aux éditions Atlantica-Séguier).

La Bohême au coeur de l’Europe

 Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae
Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae

L’ambassade du roi hussite

En 1464 le roi de Bohême Georges Podiebrad  a envoyé une ambassade au roi Louis XI pour le convaincre d’adhérer et de jouer un rôle moteur dans une union des royaumes et principautés européennes pour la paix. L’un des négociateurs était Antoine Marini, un Français dont l’histoire n’a pas gardé beaucoup de traces. Née de la nécessité où étaient les royaumes chrétiens de faire face au péril turc, cette ambassade a de beaucoup dépassé cet objectif limité.

 » Dans les projets de Georges de Poděbrady de 1463-1464, on a voulu voir successivement le précurseur de la Société des Nations, puis de l’O.N.U et maintenant de la construction européenne. Certes, cela n’est pas tout à fait faux mais, à mon avis, on force un peu la note. Le contenu de ce document, le rôle central attribué à la France par Georges de Poděbrady et les efforts acharnés pour imposer sa ratification par la voie diplomatique à la cour royale française va sans doute éveiller l’attention au moment où la République Tchèque prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. On peut se passer facilement des actualisations forcées. L’effort sincère pour résoudre les conflits entre les États et les confessions par les moyens pacifiques est suffisamment lisible dans nos documents. Ils parlent, présentés dans ce livre au lecteur français, dans une langue nette, même sans parallèles anachroniques « .

Le voyage de Léon de Rozmital

De novembre 1465 à février 1467, Léon de Rozmital, beau-frère du roi a parcouru l’Europe dans une sorte de mission de bons offices pour le compte du roi et l’honneur de la Bohême.
Certes, à son retour en 1467 dans la capitale du royaume, l’ambassade de Léon de Rožmitál fut saluée par les étudiants, le clergé et mille trompettes. Le roi Georges rémunéra gracieusement ses membres. Mais on connaît très peu les résultats concrets de toute cette action diplomatique. On peut penser qu’elle fut suivie par les interventions de certains princes, comme Albert de Brandebourg ou les membres de la famille Wittelsbach. Peut-être a-t-elle aussi ouvert la voie aux négociations ultérieures des nouveaux ambassadeurs du roi hussite en France et en Bourgogne « .

Des leçons pour aujourd’hui

« Le plan de l’organisation générale de la paix et du parlement mondial de Georges de Poděbrady et d’Antonio Marini était plein d’idées utopiques qui surpassaient de loin les basses querelles des féodaux de l’époque. Il survécut dans la postérité comme un legs et un appel. Le principe d’égalité entre les États dans le domaine du droit international, sans considération de structure interne et de forme de gouvernement, ensuite la procédure de règlement pacifique des conflits, le rejet explicite de la guerre, la mise hors la loi de l’agresseur et le principe de responsabilité collective – voilà les valeurs durables du projet.  Dans la réalité du XVe siècle, le projet du roi tchèque et du diplomate français était probablement irréalisable. N’est-il pas cependant un grand homme politique, celui dont le regard dépasse les portes encombrées de contingences, portes forcément étroites de son époque, vers des perspectives d’avenir ? »

Le roi et le palmier

Cette histoire d’un roi de France est rapportée par un des chroniqueurs du voyage de Léon de Rozmital. Le roi rencontra un « homme fort avancé en âge, en train de planter une palme ». Le roi l’interpella : « Ami, que plantes-tu ? » L’autre lui répondit qu’il plantait une palme. Alors le roi : « Tu sais bien que le palmier ne produit pas de fruits avant cent ans ! » « Roi Sérénissime, regardez ces arbres. Je ne les ai pas plantés. D’autres les ont plantés. Mais moi, maintenant, je profite de leurs fruits. Voilà pourquoi je plante aujourd’hui pour que, après ma mort, mes descendants profitent des fruits de mon arbre »

Un livre d’actualité

« Il témoigne d’un effort lointain pour la collaboration entre les États tchèque et français et pour la coexistence paisible des nations européennes. Certains hommes du Moyen Âge, qui n’avait d’ailleurs rien d’obscur en soi, se rendaient compte de l’absurdité du nationalisme et de l’intégrisme religieux. Ils essayaient – ne fût-ce que par des gestes quotidiens – de respecter l’autre avec ses différences religieuses et culturelles. Pourquoi donc ne pas lire ces textes du quinzième siècle pour nous encourager à planter des palmiers de compréhension et de tolérance ? Ces efforts exigent, bien sûr, une grande patience. Ils ne fructifieront parfois que dans plusieurs décennies. Mais le désert étouffant progresse toujours rapidement là où les gens ne s’occupent plus de leurs palmiers ».

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Peur et pèlerinage

Le site de la Fondation a évoqué à plusieurs reprises la question de la peur en relation avec les pèlerinages, peur causée par les pèlerins porteurs de maladies, vagabonds ou voleurs et peur du pèlerin devant les dangers et les aléas de la route. Toute collaboration avec des groupes ou personnes ayant conduit des recherches ou fait des études sur ce sujet sera la bienvenue.

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Cyberpèlerinage

En 2002, Paul Paumier, professeur à l’Université de Rouen où il enseignait les stratégies de recherche en cyberdocumentation et la veille électronique a fait une communication sur Compostelle et Internet en introduisant le terme cyberpèlerinage. La Fondation pense que le phénomène compostellan contemporain doit beaucoup, à Internet. Elle recherche des étudiants qui seraient intéressés à poursuivre une recherche sur ce thème. Elle recevra volontiers les éclairages de tous ceux qui pourraient orienter ces recherches.

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Un pèlerinage à Compostelle en 1883

En juillet 1883 une trentaine de Pères Assomptionnistes, alors exilés à El Burgo de Osma depuis les décrets des 29 et 30 mars 1880, ont fait un pèlerinage à Compostelle.
Cette information trouvée dans la revue Signes est intéressante  pour l’histoire du pèlerinage au XIXe siècle. Rappelons qu’à cette date la découverte du corps de saint Jacques faite en 1879 n’avait pas encore été reconnue officiellement par le Vatican. Mais les Assomptionnistes étaient sans doute bien informés. Pour le moment seuls quelques extraits du journal de ce voyage ont été retrouvés.  A cette occasion, les premiers numéros du journal La Croix ont été présentés au tombeau de l’apôtre. C’est pour le moment le seul témoignage d’un pèlerinage d’un groupe français au XIXe siècle. Ils avaient été précédés 20 ans auparavant par l’abbé Pardiac.

Toute autre information sur des pèlerinages à Compostelle au XIXe siècle sera la bienvenue.
En savoir plus sur ce pèlerinage

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Des images qui intriguent


Aix-en-Provence présente à ses visiteurs plusieurs représentations de saint Jacques :

– à l’angle des rues Nazareth et Courteissade une belle statue
– rue Saint-Joseph aux n° 1, 3 et 5, place des Cardeurs et au 12 rue des Muletiers des représentations plus grossières mais assez semblables entre elles. Qui pourra nous mettre sur la piste de leur origine ?

Pour voir toutes les images

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

saint Jacques-de-Compostelle ?

Depuis le IXe siècle un tombeau découvert mystérieusement est vénéré en Galice. Il a fait la réputation de Compostelle au point que beaucoup croient qu’il existe un saint Jacques-de-Compostelle comme il y a un François-d’Assise ou une Thérèse-de-Lisieux. C’est faux, saint Jacques est un Galiléen, pas un Galicien. Mais Compostelle a réussi à le faire sien grâce à des siècles d’un marketing réussi.

La Fondation David Parou Saint-Jacques s’efforce d’en comprendre les raisons et les mécanismes, du Moyen Age à nos jours et d’en mesurer les conséquences. La plus visible d’entre elles est un flux de pèlerins de plus en plus nombreux vers Compostelle sur des chemins dont quatre sont présentés comme « historiques ». L’étude de ce phénomène compostellan contemporain ouvre plusieurs champs de recherche que la Fondation a entrepris d’explorer.

Ce blog est une invitation à tous ceux qui « croisent saint Jacques ou des pèlerins » à partager leurs réflexions ou leurs recherches.

Denise Péricard-Méa

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook