En Espagne en 1494

La Fondation vient de publier la traduction française intégrale du récit du voyage de Jérôme Münzer : De Nuremberg à Grenade et Compostelle. Touriste mais aussi chargé d’une mission par Maximilien, l’empereur d’Allemagne, Jérôme Münzer rend visite aux Rois catholiques et au roi du Portugal et envisage avec eux de nouvelles croisades et des voyages de découvertes. Visiter avec lui Grenade et les villes du sud de l’Espagne deux ans après la prise de Grenade est un régal. Mais ce livre sera aussi un outil de travail utile et un document de référence.
Récit richement annoté et commenté par Denise Péricard-Méa, 420 pages format 15×21, plus d’un millier de notes, deux Index.
Lire la préface de Robert Plötz.

A commander ISBN : 978-2-7588-0259-4 Présentation détaillée

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Recherchons spécialiste monnaies européennes médiévales

Combien a coûté le voyage de Léon de Rozmital ?
La Fondation David Parou Saint-Jacques vient de publier les récits des ambassades envoyées par le roi de Bohême Georges de Podebrady auprès de Louis XI et des cours européennes.
Des travaux supplémentaires sont nécessaires : transformer en valeurs contemporaines les distances et les monnaies exprimées par les voyageurs en unités locales de leur époque . Facilité par l’existence des cartes, le travail est en cours au sein de la Fondation pour les distances, .
La Fondation recherche des spécialistes qui pourraient évaluer la valeur actuelle des diverses monnaies mentionnées par les voyageurs entre 1465 et 1467.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Mieux vaut négocier deux ans que guerroyer deux semaines

Un proverbe du royaume de Bohême

Le titre et les citations de cette page sont empruntés à l’introduction écrite par Martin Nejedly, Maitre de conférences habilité en histoire médiévale à l’université Charles de Prague, pour la publication des récits de l’ambassade de 1464 envoyée par le roi Georges de Podebrady à Louis XI et du voyage du baron Léon de Rozmital (publié le 26 novembre 2008 aux éditions Atlantica-Séguier).

La Bohême au coeur de l’Europe

 Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae
Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae

L’ambassade du roi hussite

En 1464 le roi de Bohême Georges Podiebrad  a envoyé une ambassade au roi Louis XI pour le convaincre d’adhérer et de jouer un rôle moteur dans une union des royaumes et principautés européennes pour la paix. L’un des négociateurs était Antoine Marini, un Français dont l’histoire n’a pas gardé beaucoup de traces. Née de la nécessité où étaient les royaumes chrétiens de faire face au péril turc, cette ambassade a de beaucoup dépassé cet objectif limité.

 » Dans les projets de Georges de Poděbrady de 1463-1464, on a voulu voir successivement le précurseur de la Société des Nations, puis de l’O.N.U et maintenant de la construction européenne. Certes, cela n’est pas tout à fait faux mais, à mon avis, on force un peu la note. Le contenu de ce document, le rôle central attribué à la France par Georges de Poděbrady et les efforts acharnés pour imposer sa ratification par la voie diplomatique à la cour royale française va sans doute éveiller l’attention au moment où la République Tchèque prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. On peut se passer facilement des actualisations forcées. L’effort sincère pour résoudre les conflits entre les États et les confessions par les moyens pacifiques est suffisamment lisible dans nos documents. Ils parlent, présentés dans ce livre au lecteur français, dans une langue nette, même sans parallèles anachroniques « .

Le voyage de Léon de Rozmital

De novembre 1465 à février 1467, Léon de Rozmital, beau-frère du roi a parcouru l’Europe dans une sorte de mission de bons offices pour le compte du roi et l’honneur de la Bohême.
Certes, à son retour en 1467 dans la capitale du royaume, l’ambassade de Léon de Rožmitál fut saluée par les étudiants, le clergé et mille trompettes. Le roi Georges rémunéra gracieusement ses membres. Mais on connaît très peu les résultats concrets de toute cette action diplomatique. On peut penser qu’elle fut suivie par les interventions de certains princes, comme Albert de Brandebourg ou les membres de la famille Wittelsbach. Peut-être a-t-elle aussi ouvert la voie aux négociations ultérieures des nouveaux ambassadeurs du roi hussite en France et en Bourgogne « .

Des leçons pour aujourd’hui

« Le plan de l’organisation générale de la paix et du parlement mondial de Georges de Poděbrady et d’Antonio Marini était plein d’idées utopiques qui surpassaient de loin les basses querelles des féodaux de l’époque. Il survécut dans la postérité comme un legs et un appel. Le principe d’égalité entre les États dans le domaine du droit international, sans considération de structure interne et de forme de gouvernement, ensuite la procédure de règlement pacifique des conflits, le rejet explicite de la guerre, la mise hors la loi de l’agresseur et le principe de responsabilité collective – voilà les valeurs durables du projet.  Dans la réalité du XVe siècle, le projet du roi tchèque et du diplomate français était probablement irréalisable. N’est-il pas cependant un grand homme politique, celui dont le regard dépasse les portes encombrées de contingences, portes forcément étroites de son époque, vers des perspectives d’avenir ? »

Le roi et le palmier

Cette histoire d’un roi de France est rapportée par un des chroniqueurs du voyage de Léon de Rozmital. Le roi rencontra un « homme fort avancé en âge, en train de planter une palme ». Le roi l’interpella : « Ami, que plantes-tu ? » L’autre lui répondit qu’il plantait une palme. Alors le roi : « Tu sais bien que le palmier ne produit pas de fruits avant cent ans ! » « Roi Sérénissime, regardez ces arbres. Je ne les ai pas plantés. D’autres les ont plantés. Mais moi, maintenant, je profite de leurs fruits. Voilà pourquoi je plante aujourd’hui pour que, après ma mort, mes descendants profitent des fruits de mon arbre »

Un livre d’actualité

« Il témoigne d’un effort lointain pour la collaboration entre les États tchèque et français et pour la coexistence paisible des nations européennes. Certains hommes du Moyen Âge, qui n’avait d’ailleurs rien d’obscur en soi, se rendaient compte de l’absurdité du nationalisme et de l’intégrisme religieux. Ils essayaient – ne fût-ce que par des gestes quotidiens – de respecter l’autre avec ses différences religieuses et culturelles. Pourquoi donc ne pas lire ces textes du quinzième siècle pour nous encourager à planter des palmiers de compréhension et de tolérance ? Ces efforts exigent, bien sûr, une grande patience. Ils ne fructifieront parfois que dans plusieurs décennies. Mais le désert étouffant progresse toujours rapidement là où les gens ne s’occupent plus de leurs palmiers ».

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website