Les faits et gestes de Béranger de Landore – 1322

Première édition en français
Le frère dominicain Béranger de Landore, ancien supérieur de l’Ordre fut nommé archevêque de Compostelle en 1317.
Il arriva en Galice seize mois après sa nomination, le 12 novembre 1318. Il fut reçu à Mellid par l’infant Felipe mais l’entrée dans Compostelle lui fut interdite car les habitants de la ville (soutenus par l’infant Felipe !) voulaient un autre archevêque. Sa vie est connue par les Hechos de Don Berenguel de Landoria arzobispo de Santiago, vraisemblablement rédigés vers 1322 par l’un des amis français ou par Aymerico de Anteiaco, trésorier de la cathédrale.
Ces Faits et gestes viennent d’être édités en français dans une traduction de Pablo Nogueira Santiago. Ils figurent dans l’ouvrage, Le Matamore, mythe, images et réalités, de Denise Péricard-Méa, auxéditions La Louveà Cahors.

Enluminure du premier folio du Tumbo B présentant les deux images de saint Jacques,
Enluminure du premier folio du Tumbo B présentant les deux images de saint Jacques, apôtre en gloire et pourfendeur des opposants à Béranger de Landore

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Qui a rencontré le Matamore ?

Le Matamore dans la cathédrale de Compostelle
Les Maures y sont en permanence cachés par des fleurs

L’apôtre Jacques le Majeur, vénéré à Compostelle est souvent représenté en chevalier pourfendant des Maures de son épée. La représentation la plus célèbre se trouve dans le transept nord de la cathédrale de Compostelle. Cette représentation et le rôle légendaire qu’il aurait joué dans plusieurs batailles lui ont valu le surnom de Matamore (de mata mauros, tueur de Maures).
La Fondation recherche des personnes dont les recherches (historiques, littéraires ou philologiques) auraient rencontré cette dénomination afin de déterminer son origine la plus ancienne.
Elle remercie d’avance les contributeurs.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Dante, saint Jacques et Compostelle

A quelques reprises dans ses oeuvres Dante a évoqué saint Jacques et les pèlerins.

Dans Vita Nuova, Dante, après avoir croisé des pèlerins allant à Rome, sans oser leur parler de Béatrice, en donne une définition. Sortie de son contexte, une phrase du passage qu’il leur consacre  est souvent utilisée pour montrer la prééminence de Compostelle. Dante en effet a écrit : « Au sens étroit on n’entend par pèlerin que celui qui va vers la maison de saint Jacques ou en revient « . En dehors de toute analyse de la pensée de Dante sur ce sujet beaucoup y voient aujourd’hui une preuve de l’importance de Compostelle.

Dans son exil, il s’est identifié au pèlerin qui reste à jamais un étranger mais qui est porteur d’espoir. Espérance pèlerine que saint Jacques lui-même semble reconnaître quand il interroge le poète : « Et vif gré te saurai si tu me contes le bien que te promet ton espérance ».

Denise Péricard-Méa a relevé  les principaux passages de l’oeuvre de Dante dans lesquels le poète évoque saint Jacques ou les pèlerins. Que peuvent-ils apprendre sur le pèlerinage médiéval et Saint-Jacques de Galice ? En quoi la figure de saint Jacques le Majeur et l’Epître de Jacques, qui à son époque était encore attribuée au Majeur, ont-elles pu inspirer le poète ? A quelles autres influences les rattacher ?  Quelle place ont-ils tenue dans sa pensée et son inspiration ? Quel sens donner à ces mentions ?

Les questions sont ouvertes. Les spécialistes de Dante qui pourraient aider la Fondation à répondre à ces questions seraient les bienvenu(e)s.

Voir les extraits relevés dans l’oeuvre de Dante concernant saint Jacques et les pèlerins.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Publication de deux récits de voyage du XVe

Deux récits médiévaux traduits et commentés

Deux récits nous sont parvenus du voyage que fit Léon de Rozmital, beau-frère du roi Georges de Bohême entre novembre 1465 et mars 1467.

La Fondation David Parou Saint-Jacques en propose une traduction complète, annotée et commentée. Ces textes authentiques comportent des descriptions détaillées et vivantes des pays traversés et des cours européennes qui ont reçu ce noble visiteur. La dimension politique de ce voyage n’efface pas l’intérêt historique et touristique de ces récits. Ils peuvent être simplement lus comme des récits de chevalerie très documentés. Ils peuvent aussi être objets d’étude et ouvrir à de nouvelles recherches. Pour se procurer cet ouvrage (412 p, plus de 900 notes, 22 p Index de personnes et de lieux, 2 cartes) :

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Une découverte qui va compter

Voici l’avis d’Ignacio Iñarrea, professeur de littérature française à l’université de Logroño, membre du comité scientifique de la revue SaintJacquesInfo, sur la découverte de Bernard Gicquel (voir le billet ci-dessous, La chanson de Roland à Compostelle).

Cher collègue,

je crois que l’article de Mr. Gicquel est excellent, très original et apporte des données nouvelles dont il faudra désormais tenir compte, dans les recherches sur le Livre de Saint-Jacques. Son analyse à fondement philologique est sans doute son apport le plus précieux. À mon humble avis (je ne suis pas un spécialiste de la Chanson de Roland), il s’agit un travail de recherche très sérieux et rigoureux qui mérite bien d’être publié.
Ignacio Iñarrea.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

La chanson de Roland à Compostelle

Une trouvaille de Bernard Gicquel

Un passage jusqu’à présent mal compris du Livre III du Codex Calixtinus vient compléter la somptueuse description qu’il donne de la fête de la Saint-Jacques à Compostelle, en indiquant que les pèlerins y participent en faisant entendre les chants épiques de saint Jacques qu’ils ont coutume d’apporter dans leurs bagages.

Voilà qui fait référence à l’usage ancien des danses et des chants dans les églises dont les attestations ne sont pas très fréquentes, car le clergé ne les appréciait pas toujours positivement. En outre, une correspondance exacte a été suggérée d’une part entre l’architecture de l’abbaye de Conques, dont la cathédrale de Compostelle adopte le modèle en triplant sa longueur, d’autre part entre la Chanson de sainte Foy en langue occitane destinée à être chantée et dansée dans l’abbatiale rouergate et la Chanson de Roland qui adopte dans sa version anglo-normande une forme inspirée de la Chanson de sainte Foy, mais en triplant les valeurs de celles-ci. Il paraît donc logique de considérer que la Chanson de Roland a pu être composée pour être chantée par les pèlerins dans la cathédrale de Compostelle.

Les quelques lignes du Livre de saint Jacques qui évoquent les pèlerins exécutant des « chants épiques en l’honneur des preux de saint Jacques », que sont les héros de la Reconquête, viennent conforter cette hypothèse en donnant de plus à penser que ces chants épiques ont pu être appris par les pèlerins au cours du voyage par mer qui leur permettait de rejoindre le sanctuaire galicien.

La relation de la Chanson de Roland avec la Chanson de sainte Foy vient conforter l’attribution de la célèbre épopée nationale à l’ex-évêque de Bayeux, Thérould d’Envermeu, devenu moine à l’abbaye du Bec. Celle-ci reçut parmi ses visiteurs Pierre de Poitiers, qui est selon toute probabilité le rédacteur de l’Histoire de Charlemagne et de Roland attribuée au Pseudo-Turpin comme du passage relatif à l’exécution chantée du Roland dans la cathédrale de Compostelle.

Voir l’article complet sur la revue SaintJacquesInfo.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Les légendes de saint Jacques et Roland

Les légendes sont un sujet largement délaissé, et, de fait, elles occupent une place à part. Ce ne sont ni des textes historiques dont on cherche à dégager la vérité, ni des textes littéraires qui séduisent par leur beauté. Ce sont des fictions intéressées qui visent à façonner des mentalités, à implanter des convictions propres à induire les comportements souhaités par la communauté à laquelle appartient le rédacteur. Le rapprochement des noms de saint Jacques et de Roland est bien fait pour surprendre, tant l’esprit analytique sépare rigoureusement, et à juste titre, la dévotion pèlerine au saint vénéré à Compostelle et les connaissances historiques relatives au héros de Roncevaux. Mais justement, lorsqu’on les replace l’un et l’autre sous le signe de la légende, on constate que les deux domaines sont moins étrangers l’un à l’autre qu’il y paraît d’abord, qu’ils entretiennent au moins un rapport de contiguïté et qu’ils sont par là en mesure de s’éclairer mutuellement.
Bernard Gicquel, professeur honoraire de l’université du Maine illustre ce point de vue par une comparaison des deux légendes.

Les visiteurs qui souhaiteraient exposer leurs sentiments et leurs idées sur ce sujet ou, s’ils en ont la compétence, coopérer à sa mise en valeur sont priés de bien vouloir laisser un commentaire.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website