La chanson de Roland à Compostelle

Une trouvaille de Bernard Gicquel

Un passage jusqu’à présent mal compris du Livre III du Codex Calixtinus vient compléter la somptueuse description qu’il donne de la fête de la Saint-Jacques à Compostelle, en indiquant que les pèlerins y participent en faisant entendre les chants épiques de saint Jacques qu’ils ont coutume d’apporter dans leurs bagages.

Voilà qui fait référence à l’usage ancien des danses et des chants dans les églises dont les attestations ne sont pas très fréquentes, car le clergé ne les appréciait pas toujours positivement. En outre, une correspondance exacte a été suggérée d’une part entre l’architecture de l’abbaye de Conques, dont la cathédrale de Compostelle adopte le modèle en triplant sa longueur, d’autre part entre la Chanson de sainte Foy en langue occitane destinée à être chantée et dansée dans l’abbatiale rouergate et la Chanson de Roland qui adopte dans sa version anglo-normande une forme inspirée de la Chanson de sainte Foy, mais en triplant les valeurs de celles-ci. Il paraît donc logique de considérer que la Chanson de Roland a pu être composée pour être chantée par les pèlerins dans la cathédrale de Compostelle.

Les quelques lignes du Livre de saint Jacques qui évoquent les pèlerins exécutant des « chants épiques en l’honneur des preux de saint Jacques », que sont les héros de la Reconquête, viennent conforter cette hypothèse en donnant de plus à penser que ces chants épiques ont pu être appris par les pèlerins au cours du voyage par mer qui leur permettait de rejoindre le sanctuaire galicien.

La relation de la Chanson de Roland avec la Chanson de sainte Foy vient conforter l’attribution de la célèbre épopée nationale à l’ex-évêque de Bayeux, Thérould d’Envermeu, devenu moine à l’abbaye du Bec. Celle-ci reçut parmi ses visiteurs Pierre de Poitiers, qui est selon toute probabilité le rédacteur de l’Histoire de Charlemagne et de Roland attribuée au Pseudo-Turpin comme du passage relatif à l’exécution chantée du Roland dans la cathédrale de Compostelle.

Voir l’article complet sur la revue SaintJacquesInfo.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Tout n’a pas été dit sur Compostelle

Du nouveau à Compostelle

Certains croient que « tout a été dit sur Compostelle » et qu’il n’y a plus rien à trouver.
Et pourtant …
Déjà en 2004, dans la revue Grial : revista galega de cultura, Xosé Luís Barreiro Rivas, avait confirmé une nouvelle lecture de la place de Compostelle dans la construction européenne*.
En 2006 ; le Consorcio de Santiago a ébranlé à nouveau des idées reçues en publiant :
El mitos del Apostol Santiago d’Ofelia Rey-Castelao.
L’auteur est historienne moderniste, professeur à l’Université de Santiago. Elle s’appuie sur des travaux de chercheurs français et cite en particulier Denise Péricard-Méa, chercheur au LAMOP et membre associé du SHMES. Une traduction du premier chapitre de cet ouvrage est publiée ici.

La Fondation David Parou Saint-Jacques souhaite accentuer la participation de chercheurs français à cet effort de relecture de l’histoire compostellane. Au-delà de l’histoire religieuse à laquelle il a été trop confiné, le pèlerinage à Compostelle a des dimensions politiques, économiques, artistiques et sociales qui restent à approfondir. La Fondation serait heureuse d’entrer en contact avec les chercheurs dont les travaux « croisent » ceux d’Ofelia Rey-Castelao ou de Denise Péricard-Méa ou ayant des étudiants intéressés par ces thèmes de recherche pour des maîtrises ou des thèses. Elle assure leur accompagnement et accueille également des stagiaires.

Elle vous remercie de prendre contact avec elle en ce sens

* “O camiño de Europa: unha análise politolóxica do fenómeno xacobeo” dans le n° 161, 2004, p. 34-43

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Recherchons archéologues du WEB

Nous nous intéressons au développement du phénomène compostellan contemporain.
Nous subodorons, sans pouvoir le vérifier, qu’Internet y joue contribue de façon notable.
On le constate dans les très nombreux sites d’associations, sites perso et blogs d’anciens ou futurs pèlerins.
Notre équipe, réduite, ne comporte aucun « archéologue » capable de nous aider à fouiller les plus anciennes couches d’Internet. Est-ce d’ailleurs possible ?
Qui connaîtrait une personne ou un organisme capable de nous aider ?
Comment faire un dépouillement chronologique des articles parus sur Internet sur ce sujet ?
De quand date le plus ancien article citant Compostelle sur Internet ?
Et bien d’autres questions …

Merci à ceux qui nous mettrons sur la voie …

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Un Français à l’origine de l’année jubilaire à Compostelle ?

Il semble possible que l’instauration de cette année jubilaire soit le fait de l’archevêque français Béranger de Landore. Porté sur le siège de Compostelle par le pape en 1318, il dut lutter en armes pendant quatre ans pour prendre possession de sa cathédrale. Il y entra le 16 juillet 1322. Après avoir fait exécuter les principaux meneurs, il accorda pardons et absolutions aux anciens rebelles et décida que le jour de saint Jacques « serait bon pour tous ». Or, il se trouve que, cette année 1322, le 25 juillet tombait un dimanche et ce jour-là Béranger, dit son biographe, « célébra avec une grande dévotion sa première messe solennelle sur l’autel du très saint apôtre ».
Il apparaît donc comme très plausible que Béranger ait été le fondateur de cette première année jubilaire à Compostelle qui aurait ainsi perpétué le souvenir de ce dimanche faste 25 juillet 1322 où il fit son entrée solennelle dans la cathédrale.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Un pèlerinage à Compostelle en 1883

En juillet 1883 une trentaine de Pères Assomptionnistes, alors exilés à El Burgo de Osma depuis les décrets des 29 et 30 mars 1880, ont fait un pèlerinage à Compostelle.
Cette information trouvée dans la revue Signes est intéressante  pour l’histoire du pèlerinage au XIXe siècle. Rappelons qu’à cette date la découverte du corps de saint Jacques faite en 1879 n’avait pas encore été reconnue officiellement par le Vatican. Mais les Assomptionnistes étaient sans doute bien informés. Pour le moment seuls quelques extraits du journal de ce voyage ont été retrouvés.  A cette occasion, les premiers numéros du journal La Croix ont été présentés au tombeau de l’apôtre. C’est pour le moment le seul témoignage d’un pèlerinage d’un groupe français au XIXe siècle. Ils avaient été précédés 20 ans auparavant par l’abbé Pardiac.

Toute autre information sur des pèlerinages à Compostelle au XIXe siècle sera la bienvenue.
En savoir plus sur ce pèlerinage

Denise Péricard-Méa

Docteur en histoire, spécialiste des cultes à saint Jacques et de Compostelle. Chercheur associé au Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP), CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Fondatrice et responsable scientifique de la Fondation David Parou Saint-Jacques, association privée de recherche sur les pèlerinages en Europe.

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook