Que porte ce personnage ?

Cette statue nous intrigue.

Elle représente un pèlerin, sans doute un saint, peut-être saint Jacques ?

C’est une statue reliquaire, la relique était dans la jambe droite du personnage, dans une anfractuosité du bois couverte d’une grille. Que porte ce personnage dans sa main gauche ?

Merci aux historiens de l’art qui pourraient avoir des idées.
En savoir plus

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Jean Geiler de Kaysersberg, la passion de convaincre

Le Peregrinus
Le Peregrinus

La Fondation a fait traduire les sermons de Carême donnés par  Jean Geiler de Kaysersberg à Strasbourg en 1500  et publiés en 1513. Un exemplaire de ce livre est conservé à la BNU de Strasbourg (R102729, 230p.). Sans attendre la publication de cette traduction, elle présente sur sa revue Saintjacquesinfo le texte de la préface écrite par Francis Rapp.

«Jean Geiler de Kaysersberg, la passion de convaincre», SaintJacquesInfo [En ligne], Textes et histoire des textes, Littérature, contes et légendes, mis à jour le : 07/11/2008,

Un petit florilège de ces sermons, permettant d’en apprécier la saveur et l’humour, a été publié par les éditions Atlantica dans la collection Autour de Compostelle sous le titre Conseils aux pèlerins. ISBN : 978-2-7588-0164-, 64 pages,

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Itinéraires réels, chemins mythiques

La carte de Daniel Dervaux
La carte de Daniel Dervaux

On dit couramment qu’il y a quatre chemins pour aller à Compostelle. Ces chemins mythiques reposent sur des hypothèses fausses. Ils ont été imaginés à la fin du XIXe siècle et balisés à partir des années 1970. Ils reposent sur une mauvaise interprétation du dernier Livre du Codex Calixtinus. Mais ils ont été popularisés par une carte établie dans les années 1970 et datée de 1648. Très esthétique, elle fut longtemps vendue avec la référence des Musées nationaux. Elle a été reproduite un grand nombre de fois, souvent avec des cautions scientifiques mal informées. Elle a même été utilisée par le Monde de la Bible, n° 159, 2004, pour illustrer un article d’André Vauchez dont le renom appuie une légende trompeuse : « Datée de 1648, cette carte a été reprise et complétée par D. Derveaux vers 1970 d’après un fond de carte d’inspiration ancienne ».

L’étude des récits des voyageurs médiévaux qui ont traversé la France en direction de Compostelle permet de retrouver des itinéraires qui méritent, eux, le qualificatif d’historiques.  La carte ci-dessous, établie par Denise Péricard-Méa à partir de plusieurs récits du XVe siècle montre les itinéraires réellement suivis. Elle n’apporte pas de justification au postulat des quatre chemins historiques. La toponymie des chemins ou rue de Saint-Jacques confirme ce résultat (voir par exemple les rues Saint-Jacques de Marseille).

Carte d'itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle
Itinéraires de pèlerins en France au XVe siècle

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Compostelle inconnu au Puy en 1951 ?

Les archives de Geocarrefour conservent un article intéressant sur la ville du Puy-en-Velay et son développement à partir des pèlerinages à la vierge Noire. Curieusement il ne fait aucune mention d’éventuels pèlerins de Compostelle. Cet article est disponible sur le portail Persée.

« La ville du Puy-en-Velay et les pèlerinages » de Pierre-Roger Gaussin, Géocarrefour, année 1951, volume 26.

Tout apport historique qui pourrait compléter cet article nous intéresse.

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website

Mieux vaut négocier deux ans que guerroyer deux semaines

Un proverbe du royaume de Bohême

Le titre et les citations de cette page sont empruntés à l’introduction écrite par Martin Nejedly, Maitre de conférences habilité en histoire médiévale à l’université Charles de Prague, pour la publication des récits de l’ambassade de 1464 envoyée par le roi Georges de Podebrady à Louis XI et du voyage du baron Léon de Rozmital (publié le 26 novembre 2008 aux éditions Atlantica-Séguier).

La Bohême au coeur de l’Europe

 Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae
Atlas de Heinrich Bünting (1545-1606) Itinerarum Sacrae Scripturae

L’ambassade du roi hussite

En 1464 le roi de Bohême Georges Podiebrad  a envoyé une ambassade au roi Louis XI pour le convaincre d’adhérer et de jouer un rôle moteur dans une union des royaumes et principautés européennes pour la paix. L’un des négociateurs était Antoine Marini, un Français dont l’histoire n’a pas gardé beaucoup de traces. Née de la nécessité où étaient les royaumes chrétiens de faire face au péril turc, cette ambassade a de beaucoup dépassé cet objectif limité.

 » Dans les projets de Georges de Poděbrady de 1463-1464, on a voulu voir successivement le précurseur de la Société des Nations, puis de l’O.N.U et maintenant de la construction européenne. Certes, cela n’est pas tout à fait faux mais, à mon avis, on force un peu la note. Le contenu de ce document, le rôle central attribué à la France par Georges de Poděbrady et les efforts acharnés pour imposer sa ratification par la voie diplomatique à la cour royale française va sans doute éveiller l’attention au moment où la République Tchèque prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. On peut se passer facilement des actualisations forcées. L’effort sincère pour résoudre les conflits entre les États et les confessions par les moyens pacifiques est suffisamment lisible dans nos documents. Ils parlent, présentés dans ce livre au lecteur français, dans une langue nette, même sans parallèles anachroniques « .

Le voyage de Léon de Rozmital

De novembre 1465 à février 1467, Léon de Rozmital, beau-frère du roi a parcouru l’Europe dans une sorte de mission de bons offices pour le compte du roi et l’honneur de la Bohême.
Certes, à son retour en 1467 dans la capitale du royaume, l’ambassade de Léon de Rožmitál fut saluée par les étudiants, le clergé et mille trompettes. Le roi Georges rémunéra gracieusement ses membres. Mais on connaît très peu les résultats concrets de toute cette action diplomatique. On peut penser qu’elle fut suivie par les interventions de certains princes, comme Albert de Brandebourg ou les membres de la famille Wittelsbach. Peut-être a-t-elle aussi ouvert la voie aux négociations ultérieures des nouveaux ambassadeurs du roi hussite en France et en Bourgogne « .

Des leçons pour aujourd’hui

« Le plan de l’organisation générale de la paix et du parlement mondial de Georges de Poděbrady et d’Antonio Marini était plein d’idées utopiques qui surpassaient de loin les basses querelles des féodaux de l’époque. Il survécut dans la postérité comme un legs et un appel. Le principe d’égalité entre les États dans le domaine du droit international, sans considération de structure interne et de forme de gouvernement, ensuite la procédure de règlement pacifique des conflits, le rejet explicite de la guerre, la mise hors la loi de l’agresseur et le principe de responsabilité collective – voilà les valeurs durables du projet.  Dans la réalité du XVe siècle, le projet du roi tchèque et du diplomate français était probablement irréalisable. N’est-il pas cependant un grand homme politique, celui dont le regard dépasse les portes encombrées de contingences, portes forcément étroites de son époque, vers des perspectives d’avenir ? »

Le roi et le palmier

Cette histoire d’un roi de France est rapportée par un des chroniqueurs du voyage de Léon de Rozmital. Le roi rencontra un « homme fort avancé en âge, en train de planter une palme ». Le roi l’interpella : « Ami, que plantes-tu ? » L’autre lui répondit qu’il plantait une palme. Alors le roi : « Tu sais bien que le palmier ne produit pas de fruits avant cent ans ! » « Roi Sérénissime, regardez ces arbres. Je ne les ai pas plantés. D’autres les ont plantés. Mais moi, maintenant, je profite de leurs fruits. Voilà pourquoi je plante aujourd’hui pour que, après ma mort, mes descendants profitent des fruits de mon arbre »

Un livre d’actualité

« Il témoigne d’un effort lointain pour la collaboration entre les États tchèque et français et pour la coexistence paisible des nations européennes. Certains hommes du Moyen Âge, qui n’avait d’ailleurs rien d’obscur en soi, se rendaient compte de l’absurdité du nationalisme et de l’intégrisme religieux. Ils essayaient – ne fût-ce que par des gestes quotidiens – de respecter l’autre avec ses différences religieuses et culturelles. Pourquoi donc ne pas lire ces textes du quinzième siècle pour nous encourager à planter des palmiers de compréhension et de tolérance ? Ces efforts exigent, bien sûr, une grande patience. Ils ne fructifieront parfois que dans plusieurs décennies. Mais le désert étouffant progresse toujours rapidement là où les gens ne s’occupent plus de leurs palmiers ».

Louis Mollaret

X 1954, Président fondateur de l'Union jacquaire (2000-2003) et de la Fondation David Parou Saint-Jacques, depuis 2002.

More Posts - Website